Pensées positives

Ce petit conte philosophique résume la nécessité d’entretenir un dialogue interne positif.

« Un vieillard Indien Navajo raconte à son petit-fils que se déroule en lui un combat constant. Il lui dit que c’est une bataille entre deux loups : un des loups dont la nature est négative (colère, avarice, arrogance, regret, culpabilité, supériorité et amertume) et l’autre, de nature positive (joie, paix, sérénité, humilité, gentillesse, aise, empathie).

Son petit-fils lui demanda : “Grand-père, lequel des loups gagnent ?”

Le vieillard répondit : “Celui que je nourris.” »

Autant dire l’importance d’alimenter notre quotidien de pensées constructives. Cette attitude n’est pas pour tous un réflexe, bien au contraire, et cela demandera une rééducation permanente, en appliquant une stratégie de redirection dès lors qu’une pensée négative traverse notre esprit.

Cela ne veut pas dire qu’il faille être dans le déni de ses émotions ou pensées réveillant des souffrances, mais de les écouter, de les comprendre, en parler (de les analyser avec un spécialiste si besoin). Mais en aucun cas de ne leur laisser prendre une place prédominante dans notre vie, au risque de nous tirer vers le bas.

Certains disent que les pensées positives ne servent à rien, pour ma part je n’ai jamais encore vu personne s’élever en entretenant de façon permanente, des pensées négatives, voire des fausses croyances. Bien au contraire, ces dernières vous enferment dans un labyrinthe. Ne pas se laisser emprisonner, envahir par celles-ci, demande un contrôle de soi, afin de créer de bons automatismes pour retrouver son espace de liberté.

Nous pouvons décupler ce pouvoir en contrôlant les pensées intrusives.

Pour reprendre le contrôle de notre esprit :

- Il est donc impératif de stopper les pensées discursives négatives.

- D’adopter un comportement positif.